Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Un Fantastick Pomponne offert dès 100€ d'achat

"Je me suis souvent demandé quel genre d’être humain je voulais être mais jamais quel genre de femme", Mélanie Rungette Lenormand

"Je me suis souvent demandé quel genre d’être humain je voulais être mais jamais quel genre de femme", Mélanie Rungette Lenormand

Chaque mois, April Please pose 10 questions à une femme inspirante, étonnante et pleine de caractère. Notre muse du mois d'août s’appelle Mélanie Rungette Lenormand, elle se dévoile pour nous. Attention, énergie communicative !

1/ Hello Mélanie, peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Hello les April’s... Planter le décor, c’est ma passion ... sauf lorsqu’il s’agit de parler de moi, paradoxalement. Mais tiens, paradoxe est un mot qui me colle assez bien à la peau. Donc ... Je m’appelle Mélanie je vis à Paris (pour l'instant) mais je suis une fille de l’eau, j’aime le bleu et le jaune, le noir et le blanc ; à la fois les musées et les puces, le design et l’artisanat, la spontanéité et la curiosité, les expos et l’apéro... Je passe mon temps à courir - littéralement - et pourtant j’aime prendre mon temps surtout dès lors qu’il s’agit des gens.

Intérieur Mélanie

Récemment on m’a décrite en disant que j’étais une goutte d’énergie. J’ai trouvé ça jolie comme image et ça m’a fait plaisir alors je vais le répéter ici. Ego trip !

C’est vrai que je suis assez dynamique et pour le coup l’image de la goutte me va bien : j’existe seule mais c’est en ayant le sentiment d’être partie et utile à un « tout » que je m’épanouis.

Et puis la goutte me fait penser à l’équilibre et... ça tombe bien je suis balance ascendant balance !

2/ Aujourd’hui que veut dire être une femme pour toi ? Quel genre de femme es-tu ?

Je crois qu’être une femme aujourd’hui c’est avant tout être libre et indépendante. J’ai cette chance d’avoir été élevée et entourée toute ma vie de femmes inspirées et donc inspirantes qui avaient la liberté en ADN. La liberté de penser, de parler, de vivre... C’est cliché mais ayant été élevée par une mère célibataire, j’ai reçu cela en héritage entre autres fondations bien assises.

D’ailleurs ma mère dit toujours « je vous ai élevés ton frère et toi, je ne vous ai pas éduqués, car sorti du classique dis bonjour, sois poli et tiens toi droit, mon unique but était de vous donner la capacité de vous débrouiller dans la vie » ... Ma mère est un parfait mélange de force et de douceur, d’authenticité et de générosité, de peurs et d’audace. Je l’ai vue toute ma vie réparer ce qui devait l’être à la maison à coup de marteau tout en ayant une manucure impeccable. Ma mère fabriquait des objets en bois à la scie sauteuse sur lesquels elle écrivait des pensées positives et délicates. C’est ça la référence que j’ai eue. Chaque année je lui souhaite à la fois la fête des mères et la fête des pères. Ça la fait rire mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Pourtant étonnement je ne me suis jamais vraiment interrogée sur ma féminité... Autant je me suis souvent demandé quel genre d’être humain je voulais être mais jamais quel genre de femme. Ce questionnement m’est venu au fur et à mesure où j’ai vu la fille de ma meilleure amie grandir... voir une petite fleur pousser fait se poser des questions notamment quel exemple on veut donner aux futures générations.

Je n’ai jamais été très à l’aise dans ma féminité, je crois que je ne me suis jamais définie comme femme... mes potes m’appelle « frère » d’ailleurs !

Aujourd’hui j’ai pris conscience que c’était ma manière à moi d’être une femme. Je ne suis pas une séductrice, plutôt la bonne copine, rigolote, sportive, trop bavarde, qui a un avis sur tout, qui sait changer une roue, faire des cuisines et qui porte aussi bien des baskets, qu’une casquette, qu’une robe ou un cache-cœur Rouje. J’aime cette époque où il appartient à chacune d’entre nous d’inventer sa propre définition de la féminité, de s’inventer et se réinventer continuellement loin des codes et des clichés en fonction de la vie et de ses surprises. Mais attention comme le dit la Grande Simone :

« Une femme libre est tout le contraire d’une femme légère »

Être libre demande d’être continuellement en conscience ... d’être connectée avec soi avant tout mais aussi avec son environnement, son entourage ... c’est une forme de lutte douce constante comme si tous les jours la page était de nouveau blanche : rien n’est acquis dès lors qu’on parle de liberté dans la vie.

3/ Il y a peu tu as plaqué ton job, suivis une formation d'architecte d'intérieur à l'opposé de ton métier, tu vis une vie à 1000 heures entre Paris, la normandie et Biarritz  (et Marrakech). Comment on se sent lorsque l'on prend les rênes de sa vie en main avec autant de passion ?

Disons pour résumer que je ne crois pas en la chance mais en l’énergie. De fait, comme je ne me conçois et ne m’épanouie qu’en état de passion et d’envie j’essaie d’être dans l’action. Ça revient à ce que je disais sur la liberté : il n’y a rien qui ne m’angoisse plus qu’une cage...

J’ai adoré mon métier (ndlr, Mélanie était Directrice des Relations Sociales et de l'Éthique dans des multinationales) et puis ... les choses ont changé ... c’est une longue histoire mais j’ai réalisé que le bonheur n’était ni une nostalgie ou un souvenir ni une promesse, c'est maintenant.

Alors comment je me sens ?

Libre, déterminée et en vie. Mon projet mûrit et j’ai hâte de me lancer.

Après on ne va pas se mentir, il y a des jours où tout me semble possible et d’autre où je me dis que j’ai littéralement lâché la rampe, que je suis folle et que je ne vais jamais y arriver. Mais dans ces cas là, je vais courir, je prends un verre et une planche de fromage avec mes amis les plus proches et c’est reparti. J’ai la chance d’être incroyablement bien entourée. Mes amis, mon frère et ma mère sont la meilleure partie de moi.

4/ Quels seraient tes 3 conseils pour une vie plus épanouie ?

Par les temps qui courent je crois que partager, concevoir* et aimer sont les seules choses qui valent le coup.

5/ Quel est selon toi le plus bel atout d’une femme ?

Sans hésitation : son sourire parce qu’il dit tout de son émotion du moment.

Je crois qu’une femme sourit par instinct, réflexe, c’est une réaction naturelle à tout événement. Cela est sûrement dû à des années - que dis-je - des siècles de formatage « Souris et tais-toi » !

C’est drôle parce qu’en même temps que je dis cela je réalise que j’aurais dit le regard pour un homme ... pour exactement les mêmes raisons : « Un mec ça pleure pas » !

Malgré tout ... j’ai quand même envie de vous raconter une anecdote ... enfin une discussion avec ma plus vieille amie, Audrey.

J’avais honte de mes mains après avoir refait ma cuisine : elles étaient pleine de brou de noix, de marques, d’entailles, mes ongles étaient tout cassés et mes articulations me faisaient mal et elle m’a dit « Moi j’adore. Parce que c’est toi. Nos mains racontent ce que l’on fait, c’est donc forcément joli ».

Quand je vous dis que mes amis sont extra !

6/ Un mantra ou un leitmotiv qui te suit depuis longtemps et te fait avancer ? 

Dur d’en choisir un seul ... je les collectionne ... Après sur chacun de mes carnets de note j’écris toujours en première page : « Sois la meilleure version de toi même chaque jour et fais ce que tu peux avec ce que tu as »

Après ma citation préférée est de Desproges : « L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne », à méditer.

7/ Quel est le nouveau geste que tu as introduit récemment dans ta vie pour prendre soin de toi ?

J’ai appris à dire non. Sans scrupule et culpabilité. À simplement dire non en expliquant les raisons calmement et factuellement.

"Être heureux, c’est apprendre à choisir. Non seulement les plaisirs appropriés, mais aussi sa voie, son métier, sa manière de vivre et d’aimer. Choisir ses loisirs, ses amis, la valeur sue lesquelles fonder sa vie. Bien vivre, c’est apprendre à ne pas répondre à toutes les sollicitations, à hiérarchiser ses priorités. L’exercice de la raison permet une mise en cohérence de notre vie en fonction des valeurs ou des buts que nous poursuivons. Nous choisissons de satisfaire tel plaisir ou de renoncer à tel autre, parce que nous donnons un sens à notre vie. et ce, aux deux acceptations du terme. nous lui donnons à la fois une direction et une signification…"

Sénèque (Complété Par Montaigne)

8/ Quel est ton dernier dernier “saut dans le vide” ?  

Pour être honnête je crois que je suis encore en plein vol... J’ai quitté mon job et je travaille au lancement de deux projets en parallèle avec la certitude au cœur de la promesse d’un grand ciel bleu.

Je vous raconte si ça vous intéresse ... ;)

Dans un temps premier je lance une agence tournée autour du Dialogue et de la communication. Je retourne à mes premières amours : une profession libérale centrée sur le conseil aux organisations et l’accompagnement des personnes dans leur relation avec les autres mais aussi avec eux-mêmes. Il est temps de (se) parler vraiment non ?

Un autre projet est aussi en construction mais ça j’en parlerai dans un second temps. Superstition oblige ! Je peux juste vous dire qu’il s’agira de continuer à papoter quelque part dans un endroit tout plein d’art & d’objets. Mon saut dans le vide s’est fait sous une impulsion : une envie de parler de ce que sont et font les gens. Parce que c’est ça l’important ! Un média va voir le jour autour de tout ça ... Ça s’appelle Forme Libre. CQFD - hehe !

9/ Chez April Please aussi on aime les prise de risques c’est pourquoi nos bijoux sont un brin rebelles ! À l’endroit, à l’envers, à dépareiller, à accumuler, à twister... Ta touche perso, ta signature mode c’est quoi ?

J’adore les bijoux, un vrai sapin de Noël. Je les porte en accumulation, on me dit souvent que c’est trop mais ils ont chacun leur histoire, ils disent tous quelque chose... les porter me donne confiance. Par exemple, mes bracelets CSAO me rappellent chaque jour que la liberté n’est jamais un acquis. J’ai aussi un collier en pierre de lune Pascale Monvoisin sur lequel il est gravé le mot Amour. Le cadeau de mes copains pour mes 30 ans ... 

Bijoux Mélanie

Et puis ... Depuis que j’ai ma bague d’oreille April Please, je ne l’ai jamais enlevée. Je me souviens du jour où je l’ai achetée : une soirée entre filles à la maison où chacune parlait de ses projets et de l’avenir...  Elle est tout moi : un bijou discret de prime abord, un brin effrontée et décalée, masculin-féminin qui passe partout ! J’aime son côté bohème rebelle chic.

Je suis une petite blonde, inconsciemment je crois que mes bijoux disent « y’a du caractère derrière la frange rideau » !

Mélanie Rungette Lenormand

10/ Dernière question, pour toi April Please c’est… 

Deux petites perles et une marque bien trempée qui leur ressemble : des bijoux élégants, fins et discrets qui s’associent pour s’affirmer laissant place à l’imagination pour trouver sa propre combinaison. 

Des bijoux qui nous rappellent qu’il faut se méfier des discrètes apparences car d’un coup de talent elles deviennent tour à tour glamours, pêchues, pleines de caractère et d’élégance. Comme Emilie & Julia quoi ! 

Et si finalement c’était April Please la vie : des rencontres, des associations et du panache pour laisser s’exprimer toutes nos facettes de femmes pleines d’énergies !
Découvrez l’univers de Mélanie sur @_rue.mel et @_formelibre

1 commentaire

Marie christine

Ravie d avoir de tes nouvelles.
Et de savoir qur tu vas bien .rn espérant te revoir bientôt. Amitiés.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés